Für die Bereitstellung des bestmöglichen Service verwenden wir Cookies. Mit der Nutzung der Website erklären Sie sich mit dem Einsatz einverstanden. Zur Datenschutzerklärung

Indicateur pour l'avenir du travail Tribune libre de Prof. Dr. Gudela Grote

Prof. Dr. Gudela Grote

Tribune libre de Prof. Dr. Gudela Grote

Pr Gudela Grote Elle enseigne et mène des recherches à l'EPFZ Zurich. La psychologue du travail et des organisations s'intéresse depuis longtemps déjà à la question des nouveaux modèles de travail. Dès 2011, elle a publié, en tant qu’éditrice du livre blanc «Travailler n'importe où – entre productivité et qualité de vie», au sujet des défis et des opportunités du travail flexible.
Pr Gudela Grote Elle enseigne et mène des recherches à l'EPFZ Zurich. La psychologue du travail et des organisations s'intéresse depuis longtemps déjà à la question des nouveaux modèles de travail. Dès 2011, elle a publié, en tant qu’éditrice du livre blanc «Travailler n'importe où – entre productivité et qualité de vie», au sujet des défis et des opportunités du travail flexible.

Il y a quelques années, les prédictions concernant l'automatisation du travail humain ont angoissé le monde entier. Aujourd'hui, avec la Covid-19, nous savons que les obstacles au travail flexible «n'importe quand et n'importe où» sont très rapidement franchis si nécessaire, et que la technologie est en mesure de bien soutenir la collaboration virtuelle. Toutefois, la pandémie favorise également les efforts visant à restreindre davantage la part humaine dans les processus de travail, afin de réduire la dépendance de l’humain dans ces processus. Cela ouvre un large éventail d'options concernant la façon dont le travail sera structuré à l'avenir: Quelles sont les tâches qui sont encore ou nouvellement assumées par des être humains? Où, quand et comment les humains travailleront ils ensemble?

Optimiser le travail «d’importance systémique»
La pandémie nous a montré que les tâches dites d'importance systémique sont principalement exécutées par des catégories professionnelles mal rémunérées et peu reconnues socialement, ne disposant que de peu d’options en matière de lieu de travail et d’horaires de travail. Le commerce de détail, la collecte des déchets et les soins aux personnes âgées en font partie. Certaines tâches pourraient être assumées par des systèmes techniques dans un avenir proche. Pour beaucoup d'autres tâches, le contact interpersonnel est central. Elles se trouvent en bas de la liste des potentiels d'automatisation. C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Lorsqu’on automatise tout ce qui peut être automatisé, sans une vision sociale claire, des emplois sont perdus, sans que l’opportunité d’une meilleure organisation du travail ne soit saisie. Mais si nous payons correctement les gens qui exécutent des tâches centrales, et si nous leur offrons les meilleures conditions de travail et la meilleure assistance technique possible, nous ferons un grand pas vers un travail décent.

Les bonnes performances au travail et le bien-être se nourrissent également de petites conversations, de la cohésion sociale et de l'apprentissage en commun.
Prof. Dr. Gudela Grote

Éviter le piège de l'efficacité
Avant la pandémie, lorsque nous essayions de persuader nos employeurs de nous donner plus de choix quant au moment et au lieu où nous travaillions, nous faisions valoir que le travail à domicile serait plus efficace. L'année dernière a montré que cet argument correspond à la réalité – dans l’hypothèse où d'autres contraintes telles que l'enseignement à domicile ou le manque de place n'entament pas les réserves d’énergie. Les réunions virtuelles sont désignées comme étant particulièrement efficaces. Cependant, l'efficacité, ce n'est pas tout. Les bonnes performances au travail et le bien-être se nourrissent également de petites conversations, de la cohésion sociale et de l'apprentissage en commun des épreuves et des tribulations. «Les bonnes performances au travail et le bien-être se nourrissent également de petites conversations, de la cohésion sociale et de l'apprentissage en commun.» Les pauses café virtuelles ne peuvent offrir cela que de manière limitée. Comme on peut supposer que, même en l'absence de pandémies, de plus en plus de personnes travailleront ensemble en ne se rencontrant que rarement ou jamais en personne, l'innovation technologique est particulièrement recherchée dans ce cas.

Le magazine Abraxas demande à des auteur-e-s invité-e-s de prendre position de manière pertinente au sujet de certains aspects de la numérisation. Les textes reflètent les points de vue et les opinions des auteur-e-s et peuvent différer de la position d’Abraxas.